Chucho : un grand pianiste, avec de grandes mains, de très grandes mains, et un grand « big band »; accompagné de géants de la musique, un percussionniste percutant… Avec un père grandiose, Bebo, à la belle gueule de grand père, tellement qu’on aurait envie de monter sur ses genoux pour qu’il nous raconte une histoire avec ses blanches et ses noirs, et ses doigts qui dansent sur le Steinway. Bref, de la grande musique, mais dans une trop grande salle.

Alors un conseil : n’allez PAAAAS à la Salle Pleyel. Pour y voir une musique qui, normalement, doit balancer la sauce, la vraie, la chaleur du caliente, la srana !

Photo piquée sur le web

Photo piquée sur le web

Une première pour moi : dormir à un concert. Bon, il est vrai que j’expérimentais ce soir là en particulier, un degré de fatigue rare et fracassant, mais de là à m’endormir dans une salle de concert, avec, en face, un des plus grands pianistes de la scène jazz latino ? Noooon… mais c’est un truc de malade. Il est où l’ingé son, que je le fracasse à coup de SM58 ?

Au rang X de cette immense salle qui contiendrait les alphabets grecs, arabes et tous les mots chinois, j’avais l’impression de matter un DVD en Dolby surround. Les mecs, sur scène, étaient comme dépouillés de toute émotion, quasi statiques. Non, non, me dit mon pote, aussi amorphe que moi : ils sont réels, ils viennent de Cuba. Le son, plat, arrivait comme un flux homogène sans heurt ni saveur, histoire de chatouiller des oreilles qui en ont vu d’autres. Un disque avec toute l’égalisation à 0. L’ingé son ne croyait pas si bien dire en sortant sa blague pourrie à deux balles du genre « parait que les ingés sons sont sourds »

J’aurai préféré rester chez moi et me taper les 30 € en son d’avoine histoire de bien me boucher les intestins, plutôt que de me taper le son de ce moine sans oreille avec son matos de ouf.

Et c’est sans compter avec l’ambiance délirante de mondanité qui pue et qui déteint sur la rue du Faubourg Saint Honoré (ou peut être était-ce l’inverse ?). En entrant, bien qu’on ait payé nos places, on a quand même l’impression désagréable d’être invité par le maire de Paris en personne et d’être accueilli par sa court, avec tout ce que ça peut comporter de Bobo qui s’est pris d’une passion masturbatoire pour l’amérique latine.

Enfin bref, je divague et digère ce mauvais plan. A retenir : Chucho Valdès bien, Bébo Valdès craquant et la Salle Pleyel, réservée aux dépressifs insomniaques …

Bebo et Chucho Valdès - le fils déjà vieux et le grand père adorable, tous deux virtuoses

Bebo et Chucho Valdès - le fils déjà vieux et le grand père adorable, tous deux virtuoses

Ma somnolence et la piètre qualité du son ne m’ayant pas laissé le plaisir de profiter de ce concert, je n’en parlerai pas, je ne suis plus du tout objective. Si malgré tout, vous cherchez à mieux savoir qui est Chucho Valdès, alors je vous laisse avec ce blog, fruit d’une mini recherche : Ptilou’s blog.

KLZ

Publicités