Un tour sur mon tableau de bord, un clic sur les statistiques, et voilà quelques échantillons de ce que les surfeurs cherchent quand ils me trouvent :

Recherche Vues
« recherche zoophile » (termes exactes censurés) 1
alcool il faut trinquer dans les yeux 1
blague de camion 1

Hier

Recherche Vues
carla bruni+ vaiselle 1

Désolée de vous décevoir, chers passants virtuels qui ne laissent ni crachat ni mot d’amour, je n’ai pas de chien. Je n’ai pas non plus fait l’inventaire des affaires de maison de la première dame de France, Madame Carla Bruni Sarkozy. Désolée de vous avoir déçu.

Mais merci d’être passé par là, d’avoir tenté un clic, d’avoir croqué une amande grillée.

Car Ici, c’est le calme plat, la mort silencieuse, l’oubli comateux. C’est Paris de retour. C’est le temps kidnappé. C’est le tourbillon violeur. C’est les coups de pédale fatigués et las.

Ici, c’est le désintérêt. C’est plus personne, plus jamais. C’est l’âge adulte, dépressif. C’est l’impersonnel, le vide personnel, l’antipersonnel, l’hyper individualisme, l’individu translucide.

C’est l’image. Le virtuel de l’image. l’autre de passage. Plus personne ne se parle vraiment, plus personne ne s’arrête. Trop peur de casser le rythme et de ne plus être dans la course. Alors on court et quand on s’arrête. On transpire, on est fatigué, et on n’a rien fait d’autre que courir tout ce temps où on a couru.

C’est l’autre dans un autre monde, pourtant si proche de nous. C’est l’autre impossible à atteindre. C’est moi de moins en moins jolie, de plus en plus à la traine. C’est moi, et ma tête au repos que quand elle n’a pas le temps de penser.

C’est pas possible de commencer les phrases par « c’est moi ». Ca fait un peu peur. Pas là pour pleurer, ni pour s’apitoyer. Pas là pour le misérabilisme, nom d’un chien mal baisé… euhhh…

H.

NB : j’ai supprimé les termes exacts de la recherche google zoophile pour casser l’effet exponentielle de ce post. Je vous confirme que vous ne trouverez aucune information technique sur des pratiques sexuelles déviantes.

Publicités